Print

 

Université d'été "Noir", "nègres", "Africains", "afrodescendants", "descendants d'esclaves", "immigrés" : déconstruire les catégories de désignation et interroger les identités et les représentations d'hier à aujourd'hui

 

 

23 – 29 août 2009
Aix-en-Provence - Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme


Organisée dans le cadre du workpackage 7.

 

Cette Université a pour objectif d’analyser la façon dont les catégories associées à des différences somatiques, souvent perçues et qualifiées comme « raciales », ont affecté notre compréhension de l’histoire de la migration forcée des Africains réduits en esclavage et celle de ses héritages.

Elle permettra ainsi d'analyser :
• la construction historique du concept de « race » en relation avec l’esclavage moderne des Africains aux Amériques, mais aussi aux pratiques d’identification et de désignation en Afrique.
• la manière dont les différentes expériences de l’esclavage ont construit le racisme de l’Antiquité à nos jours.
• les conséquences et les héritages politiques, sociaux et culturels contemporains de ces constructions dans les sociétés européennes, africaines, asiatiques et américaines.

Le programme explorera les diverses manières dont les « Africains » et les « Noirs » se sont perçus et désignés eux-mêmes selon les situations et les interlocuteurs. Il est admis aujourd’hui que les différences somatiques et la manière dont elles ont été comprises et analysées ont beaucoup varié dans le temps. Elles ont aussi changé au sein des groupes de personnes qui mobilisaient des différences somatiques ou d’autres natures pour se définir et se distinguer de l’Autre. Rappelons en effet, que parmi les personnes qui ont parfois été perçues comme « noires », on trouve des Africains, des Asiatiques (habitants de l’Asie du Sud) mais aussi des Irlandais ou des Polonais (par exemple, en Haïti). Le programme tentera d’établir si ces désignations peuvent être décrites comme « raciales » ou d’ordre « racial ».
Ces questions prennent en compte les populations dites « métisses », incluant les « sang-mêlé », les « mulâtres », les « libres de couleur » et les « créoles ». Les termes et les concepts d’« African American », d’« afro-descendants », de « descendants d’esclave » ou d’autres identités comme « negro », « noir », « colored » et termes similaires seront examinés en relation avec l’histoire de l’esclavage transatlantique et celle de l’émancipation. On explorera leurs héritages contemporains synthétisés dans la figure de l’« immigrant » notamment dans les sociétés occidentales.

Il se donne enfin pour objectif de comprendre comment, pourquoi et quand les catégories « raciales » sont devenues dominantes en Europe, en Asie et sur le plan mondial et de déterminer comment, pourquoi et quand les dénominations « raciales » ont été réappropriées par certains mouvements culturels, littéraires et politiques.
Soucieux de favoriser la vulgarisation de ces thématiques, l'Université est ouverte aux étudiants de second et de troisième cycle et aux enseignants et formateurs de l’enseignement primaire et secondaire.

 

=> Télécharger le programme de l'Université d'été